Les Démons de Dourdan
What Time Is It ? Game Time Hooo !
-

La taille de la crosse

Comment déterminer ma longueur de crosse
La longueur de la crosse est l’élément le plus simple à déterminer car il est fonction de la taille du joueur. c
Méthodologie
- Sans patin : le joueur place l’extrémité de la crosse sur le sol entre ses pieds, positionnée verticalement contre le corps. Le bout du manche doit alors venir toucher son nez.
- Avec patins : l’extrémité de la crosse doit venir toucher le menton du joueur.
A l’inverse, lorsque la longueur initiale du produit est trop courte, il est possible de l’étendre en plaçant un embout à l’extrémité du manche. Si la crosse est trop longue, il suffit de marquer l’endroit où la crosse touche donc le nez ou le menton et couper en conséquence.
Notre conseil
- Un manche de crosse trop rigide pour votre gabarit diminuera votre vitesse de tir et n’offrira pas une bonne sensation dans le maniement du puck. Il améliorera en revanche la précision de celui qui arrive à expédier le palet.
- Un manche trop flexible (trop élastique) donnera plus de puissance au joueur mais l’effet « trampoline » (retour de l’énergie impulsée) diminuera sa précision sur les shoots. En outre, si le manche est trop souple pour votre gabarit, vous accentuez le risque de casser votre crosse.
 

La courbe de la cross

Comment choisir ma courbe
Le choix de la palette est important en fonction de votre poste sur le terrain, votre style de jeu, votre position de patinage et vos facultés à lever les palets sur vos lancers. Les palettes peuvent être alors analysées selon 5 critères pour définir celle qui vous convient le mieux :
- La courbe (curve)
- La profondeur de la courbe (curve depth)
- L’angle d’ouverture (face angle)
- Le lie
- La forme de la pointe (toe shape)
La courbe (curve)
Elle décrit où la courbure débute sur la palette. Il existe 3 types de courbes :
- Courbe au talon (heel curve) : la courbure démarre dès la base de votre manche ;
- Courbe au milieu (mid curve) : la courbure démarre au milieu de la palette jusqu’à sa pointe ;
- Courbe à la pointe (toe curve) : la courbure ne démarre qu’à la pointe de la palette.
Notre conseil
La courbure étant facteur d’influence sur le jeu, le choix dépendra du type de lancer le plus utilisé par le joueur :
- la courbe au talon facilite les passes, les lancers frappés et one-timer ;
- la courbe au milieu permet une meilleure maîtrise du puck pour les dribbleurs ; elle est adaptée aux lancers balayés ;
- la courbe à la pointe facilite les lancers du poignet, la récupération du puck.
La profondeur de courbe (curve depth)
La courbe de la palette est caractérisée par un degré (profondeur) plus ou moins marqué. Il en existe 3 types :
- légère (slight) ;
- modérée (moderate) ;
- prononcée (deep).
Notre conseil
Une profondeur légère permet d’avoir une large zone de frappe : elle facilite les slaps, revers, one-timer… Elle rend plus difficile les passes soulevées ou la possibilité de lever facilement les tirs du poignet.
Une profondeur prononcée facilite les maniements plus complexes : elle est adaptée aux dribbleurs et à ceux qui privilégient les tirs du poignet. Le revers est à l’inverse plus difficile à utiliser étant donnée l’intensité de la courbure. La faible largeur de surface de contact rend plus difficile certains gestes comme les slapshots ou reprises instantanées.
Une profondeur modérée est adaptée aux joueurs qui recherchent un compromis entre les différents types de lancers.
L’angle d’ouverture
Il en existe 3 types :
- fermé (neutral) : il permet au joueur de garder des tirs assez bas (palet à plat) par rapport à la surface de jeu : il offre un meilleur contrôle des tirs et des revers et sur la réception des passes.
- légèrement ouvert (slightly open) : il permet de bien élever le palet, notamment pour les slapshots, les déviations et one-timer sans mettre au-dessus de la cage.
- très ouvert (open) : il permet d’élever très haut le puck ; il pourra donc être utile au joueur qui frappe ses slapshots assez bas ou qui veut lever ses tirs du poignet. Il est déconseillé pour les revers. Mais il convient parfaitement aux joueurs qui cherchent à tirer dans le haut de la cage tout en jouant généralement au plus proche des gardiens adverses.
Le lie
Il détermine la façon dont la palette est inclinée par rapport à l’axe du manche et comment elle va reposer sur la glace. Il en existe 3 types :
- élevé (6°) : cet angle est davantage adapté à de grands joueurs, qui patinent très droit. Le puck est gardé plus prêt du corps et donc protégé.
- moyen (5°) : cet angle est destiné au patineur entre le style « couché » et « debout », à savoir un compromis pour les joueurs qui n’ont pas besoin d’un angle particulièrement faible ou élevé.
- faible (4°) : cet angle est davantage réservé aux petits joueurs qui ont tendance à patiner courbé, plus proche de la glace, et gardent le palet assez loin de leur corps.
Méthodologie
Pour déterminer le bon angle d’inclinaison, le joueur en position habituelle de patinage place la crosse face à lui, posée au sol : la partie centrale de la palette doit reposer bien à plat sur la glace et non pas sur la pointe ou le talon.
Si le contact est proche de l’extrémité de la palette, il faudra sélectionner un angle plus élevé qui permettra au joueur de toucher une plus grande surface sur le sol.
Si le contact se situe au niveau du talon, un angle d’inclinaison faible permettra d’avoir une meilleure surface de contact entre la palette et le sol.
La forme de la pointe (toe curve)
Il s’agit de la forme de l'extrémité de la palette.
A haut niveau, les joueurs peuvent apprécier les subtilités de ses 2 types de formes :
- Extrémité arrondie (round toe) ;
- Extrémité carrée (square toe).
Notre conseil
- L’extrémité arrondie est la plus courante car elle permet une meilleure manipulation de la crosse lorsqu’on approche ou éloigne la crosse de soi (elle glisse là où l’extrémité carrée bascule).
- L’extrémité carrée permet d’avoir une plus grande surface de contact avec le puck. Elle offre donc un avantage pour bloquer les tirs, pour dégager les palets collés aux balustrades, ou pour les mises en jeu.
 

La flexibilité de la crosse

Comment choisir le flex de ma crosse
Le flex (ou flexibilité) d’une crosse de hockey est sa capacité à se plier plus ou moins facilement sur des shoots ou lancers. Le flex exprime donc des rigidités différentes pour les crosses existant sur le marché. C’est bien souvent le gabarit du joueur (force et poids) qui détermine le flex à utiliser.
La XLR PROMODEL offre un choix allant de 70 à 110.
Le flex est réparti en 4 niveaux : Souple de 70 à 80 ; Régulier de 85 à 95 ; Rigide de 100 à 105 ; Très rigide : 110.
Méthodologie
Pour choisir le flex le plus adapté, le joueur doit poser son bâton au sol et doit pouvoir courber légèrement le manche sans que cela nécessite trop d’effort de sa part. En testant différents flex, vous trouverez, avec cette méthode, celui qui correspond à votre force/poids.
Notre conseil
- Un manche de crosse trop rigide pour votre gabarit diminuera votre vitesse de tir et n’offrira pas une bonne sensation dans le maniement du puck. Il améliorera en revanche la précision de celui qui arrive à expédier le palet.
- Un manche trop flexible (trop élastique) donnera plus de puissance au joueur mais l’effet « trampoline » (retour de l’énergie impulsée) diminuera sa précision sur les shoots. En outre, si le manche est trop souple pour votre gabarit, vous accentuez le risque de casser votre crosse.
 

Le grip de la crosse

Comment choisir le grip de ma crosse
Le grip correspond à la finition en surface de votre crosse. La finition GRIP présente une texture antidérapante, sans GRIP la finition sera standard.
La surface non grippée va permettre à la main de se déplacer facilement de haut en bas sur le manche pour manier le bâton lors d’actions de passes et de tir.
La surface Grip permet de pallier au problème des gants qui peuvent glisser trop facilement à cause de la sueur ou de l’eau issue du contact avec la glace. Dans ce cas, l’utilisation d’une crosse Grip s’avère être une solution adaptée pour un joueur privilégiant un contrôle accru du maniement du bâton même si ses gants sont humides.