Adrian Glick : immersion dans le roller-hockey américain

Adrian Glick : immersion dans le roller-hockey américain

Adrian Glick est un pratiquant passionné de roller-hockey. Il a décidé de partir aux Etats-Unis

pour parfaire sa formation sportive et universitaire.

Retour sur les derniers mois de son aventure...

Par Alfathor

Avant le Départ pour Chicago

Stage des Spiders

Adrian Glick aux USA

Avant de partir, j’ai pu participer à un stage de roller hockey organisé par les spiders de Rouen. J’y avais déjà participé l’année dernière et je l’avais trouvé bien meilleur que les autres stages auquel j’avais pu participer en France. Le stage se déroulait sur une semaine, et le gros point à considérer quand on signe pour l’inscription, c’est l’équipe de coach. Avoir Patrick Sebek comme entraineur, c’est une occasion qui n’est pas donnée tout les jours, et Yohann Labreux comme organisateur, on sait a quoi s’attendre : une semaine très rythmée.

Toujours le même format de stage, 1 entrainement physique suivi d’un entrainement terrain le matin puis 1 entrainement terrain l’après midi.

Les premiers jours sont toujours très durs, surtout le tout premier entrainement. La chose qui me restera le plus en mémoire, c’est ce moment en milieu de session où je n'ai plus senti mes jambes, où je ne pouvais plus respirer, avec la balustrade comme unique maintien. Et devoir faire un exercice de patinage avec Patrick Sebek ou Michal Simo qui vous coursent derrière et vous oblige à continuer ... c’est intense !

Puis ces premiers jours passés, on peut savourer à fond les entrainements, c’est assez délicat d’avoir un entraineur qui ne parle pas la langue. Du coup, les entrainements se font en Anglais, ce n’est ni la langue de l’entraineur ni des joueurs, c'est parfois assez drôle.

Avoir des coaches étrangers ca ne se sent pas uniquement au niveau de la langue, les exercices sont différents de tout ce que j’ai pu faire avant, très similaire aux sessions de glace.

La semaine se ponctue d’activité en extérieur, de visualisation de matchs Elite et de séances sur l’arbitrage ou le hockey en général. Puis à la fin, un maillot récompense le meilleur stagiaire. Autant vous dire que j'ai été content d’être choisi pour cette récompense ! C’est toujours un petit plus qui fait plaisir...

 La semaine s’est très bien déroulée, cela a été vraiment une très bonne expérience. J’encourage tout les hockeyeurs à s’inscrire pour le prochain stage ! Ce qui différencie ce Stage des autres c’est définitivement la qualité des entraineurs et du centre d’accueil, et aussi d’avoir une expérience bilingue.

Le stage fini, j’ai eu 4 jours de trêves, avant de me diriger vers CDG pour le départ.Adrian Glick aux USA

Farm Tough Hockey

Adrian Glick aux USA

14 heures d’avion … ce n’est pas la partie la plus facile du voyage, plus des formulaires douaniers et visa sans fin, ce n’était pas de tout repos. Dés l’arrivée à Chicago, j'ai pris un bus en direction du Milwaukee pour rejoindre Peter Dale à la Farm Tough Hockey. Je suis resté une semaine avec Peter.

La Farm Tough Hockey porte bien son nom, puisque c’est une ferme totalement refaite pour accueillir des entrainements de hockey. 2 granges avec du sol spécifique, l’une pour le roller hockey, l’autre pour le fitness, une piscine et un terrain de plus de 5 hectares pour courir.

Il y a aussi un accès a un terrain FULL SIZE en OUTDOOR.  Se rendre à la Farm Tough Hockey c’est s’assurer de recevoir un entrainement intensif. Peter Dale, avec 6 titres de champions du monde avec les USA, que ce soit sur le terrain ou derrière le banc, sait comment pousser les joueurs qui viennent le visiter.
En plus d’être un excellent entraineur, c’est une personne avec des qualités humaines incroyables. Lui et sa famille m’ont accueilli les bras ouverts. Ils m’ont assisté dans toutes mes démarches sans attendre quoi que ce soit en retour. Ce sont vraiment des gens en or ! Bref si vous voulez vous améliorer en tant que joueur et avoir une expérience à l’autre bout du monde, contactez Peter Dale sur Facebook, vous serez dans l’avion en un clin d’œil !

Après une superbe semaine dans le Wisconsin, j'ai repris la route en direction de Chicago pour commencer mon année scolaire, les choses ont alors commencé à se gâter !

Direction Chicago

Adrian Glick aux USA

Pour mon premier entrainement, je suis mal tombé et je me suis blessé à la jambe. Cela m’a pris 2 semaines pour me rétablir, mais j’ai surtout loupé les sessions d’essais avec les Chicago Carnage, l’équipe pour laquelle je devais jouer.
Je me suis donc retrouvé pendant un mois sans équipe à faire de la thérapie pour ma jambe. C’était peut-être un mal pour un bien car ce malheureux accident m’a fait rencontrer mon actuelle famille d’accueil.
A l’origine, je devais vivre en résidence étudiante, mais du fait de ma jambe abimée, mon école n'a pas voulu que je sois sans sécurité ou moyen de transport. C’est donc une personne de l’administration du Lycée qui m’a accueillie le temps que ma jambe guérissent … Et finalement je ne suis jamais reparti !
A l’image de la famille de Peter Dale, ma famille d’accueil a vraiment tout fait pour moi, pour que je puisse faire ce que je voulais et vivre l’expérience à fond. Je leur dois beaucoup !

Nouvelle équipe

Pour le hockey je me suis rabattu sur la MIHA (Midwest Inline Hockey Association) avec les Great Lake Gamblers. La MIHA a trois niveaux de jeu, T1 T2 T3, les Gamblers n’ayant pas de T1, je joue en T2. Le niveau de jeu en T2 est assez homogène et est comparable à la N1 en France.
La très grosse différence comparée à la France, c’est au niveau de l’organisation : pour les entrainements, c’est une location de terrain. Du coup, chaque séance est payante, 5 à 10 dollars. Les matchs sont des plateaux avec 6 a 10 équipes qui ont lieu chaque mois, le premier a eu lieu à Cincinnati (Ohio).

L’ambiance est tres similaire à ce que j’ai connu en Playoff en France : la route, les diners, les hôtels, tout avec les gens de l’équipe c’est vraiment cool. Au niveau du jeu, nos premiers adversaires ont été les Squirtle Squads de Saint-Louis, une équipe de plus bas niveau que nous. Nous les avons logiquement battus 6-2.
Ensuite une équipe supposée plus forte que nous, les Buffalo Steel, un match superbe que nous avons gagné 8-2. Puis est venu le match éliminatoire contre nos rivaux principaux : les Chicago chi-town Shamrocks. Apres avoir encaissé 4 buts en première période, nous n’avons jamais pu revenir... Et c’est sur un frustrant 6-3 que j’ai pu marquer mon premier but en tant que Gamblers.

A venir...

Adrian Glick aux USA

Pour ce qui est de la suite, le mois de Décembre déterminera mes prochaines années, puisque c’est après de longues discussions que j’ai réussi à obtenir une séance d’essai avec les Lions de Lindenwood, la meilleure équipe du championnat Universitaire.
Leur palmarès parle pour eux : 7 fois champions de D1 NCRHA (2002, 2004, 2005, 2006, 2007, 2008 et 2010) 10 fois vainqueur de leur division, avec des joueurs tels que Greg Thompson, Sean Sullivan et Travis Fudge, tous bien connus pour leur présence en Team USA … C’est une opportunité en or de jouer au plus haut niveau, mais aussi pour étudier. En effet, l’université de Lindenwood détient l’un des meilleurs département de « Sports and Health science/Athletic Training », celui que je veux étudier. Mes essais se dérouleront début décembre, je fais tout pour m’y préparer au mieux afin d’obtenir une place dans ce programme.

Apres ces essais, je reviendrai en France pour passer les fêtes avec ma famille et mes amis, et revenir encore plus fort pour le reste de l’année !

Adrian Glick aux USAAdrian Glick aux USA

 

Adrian Glick aux USA

Adrian Glick : Je prépare mon voyage en Amérique.

Après avoir participé au stage USA Clinics avec Peter Dale, l'envie de continuer l'aventure à l'étranger m'a prise, mais partir dans un autre pays sur une longue période, sans ses parents et sans être majeur, c'est beaucoup de démarches et de réflexion !

La première étape fut le choix de la ville et de l'école. La ville la plus évidente était Chicago, de par la proche présence de Peter Dale, du panel de choix pour l'école (américaine, internationale, française) et c'est aussi un bon secteur pour le hockey !

Deuxième étape : trouver une école ! Je pars pour mon année de Terminale L, avec le bac en fin de parcours, je me suis donc dirigé vers une école Française : Le lycée français de Chicago.

J'ai du déposer un dossier en novembre, et attendre la décision de la commission d'admission... pendant 2 mois ... Autant dire que l'attente fut longue, mais couronnée de succès !
Après avoir reçu le dossier d'admission et la demande de recherche de famille d'accueil, mon départ devenait concret, et c'est à ce moment là que je me suis demandé si je voulais vraiment partir ! Mes parents étaient un peu réticents mais ils ne s'y opposaient pas réellement, au hockey il fallait trouver un autre entraîneur pour les équipes que je coachais chez les Démons de Dourdan, et voir avec mon propre coach ce qu'il en pensait.

Ce n'était que ma première année chez les Hyènes. Au départ je comptais y rester longtemps car c'est un très bon club qui fait tout pour se développer au plus vite. Il y a une bonne ambiance, un bon coaching et une équipe première qui progresse à toute allure ... Il fallait faire un choix, j'ai donc annoncé qu'à la fin de cette première année je partirais, l'annonce a été bien prise.

J'ai donc confirmé au lycée de Chicago de mon inscription pour l'année 2012-2013, et c'est parti ! La recherche de famille d'accueil a été lancée et gérée par le lycée. Je me suis ensuite attelé à la partie hockey. Heureusement que j'ai eu l'aide de Peter, car les clubs ne sont pas facile à trouver.
En France, la plupart du temps il suffit de taper le nom de sa ville et d'y ajouter roller-hockey. Là-bas, puisque ce ne sont pas vraiment des "Clubs" mais plutôt des multitudes d'équipes séparées mais qui jouent sur le même terrain, c'est beaucoup plus dur de trouver chaussure à son pied. Néanmoins j'ai déjà ma place dans une équipe Junior qui évolue dans le championnat de la région et NARCH.
Je voulais aussi m'essayer au haut niveau, pour tirer le maximum de l'année, les Chicago Carnage évolue en MLRH, il m'ont accepté pour des essais en septembre !

Je suis vraiment impatient d'entamer l'année prochaine, je sais que j'ai beaucoup de chance d'avoir les moyens de partir, je vais donc tout faire pour bien représenter ceux qui m'ont poussés et encouragés pour mon projet (Johnathan Scherrer des Démons de Dourdan, Benoit Quatreuil des Hyènes d'Aubergenville, Yves Jacquin Ravot des Street Sharks d'Antony, Yohann Labreux des Spiders de Rouen, Rob Shelton de Young Guns, Peter Dale de USA CLINIC et ma famille) pour le hockey mon objectif est de bien travailler en stage avant de partir pour être en bonne forme, de travailler fort en Junior avec l'expérience NARCH, et essayer de faire quelque match en MLRH avec les Carnages.

Rendez vous pour la suite en août !

Récit d'une tranche de vie avec Adrian Glick- 17 ans- Aubergenville qui évolue en Nationale 3

Ce jeune joueur a connu les deux stages dont nous parlions et sera présent au stage des Spiders en Aout.

Adrian Glick

Quand as tu découvert le stage de Peter Dale ?

AG : Ma première expérience avec Peter Dale fut en Angleterre en Août 2011. Par la magie de Facebook je reçu une invitation pour "Usa Clinics" afin de découvrir un stage dans la région de Manchester. Peter Dale et Raymond C. Matz Jr, deux anciens joueurs de la Team Usa comme coach et j'ai donc répondu que j'étais intéressé.

L'organisateur du stage en coopération avec Peter était Rob Schelton. Il prit contact avec moi, le courant est directement passé, très gentil il me proposa de m'héberger pour le stage, j'ai donc pris mon courage a deux mains, réviser mon anglais, et pris l'avion.

Comment cela s'est déroulé ?

AG : A mon arrivé Rob Schelton m'expliqua comment ce stage avait vu le jour, depuis plusieurs années il est à la tête d'une véritable petite entreprise nommée "Young guns hockey clinics" qui s'occupe de coacher des équipes jeunes et d'organiser des stage. La région de Manchester est la région du hockey Anglais, Rob est le mister hockey, il a conçu des plans de formation pour les jeunes, et il joue dans la meilleur équip :, les Norton Cyclones. Young guns organise tout les ans en Avril un départ pour les États-Unis, ou des jeunes anglais, partent s'entraîner avec Peter Dale dans la région de Chicago, fort de cette expérience, c'était maintenant Peter Dale qui se déplaçait !

Je suis arrivé un jour en avance avant le stage, c'était une bonne opportunité pour découvrir la ville et discuter avec Peter Rob et Raymond, encore une fois, je suis arrivé et j'ai eu l'impression que l'on se connaissaient depuis 10 ans, ce sont vraiment des personnes super sympa hors du terrain.

Comment s'est déroulée la première journée de stage ?

AG : Le premier jour de stage fut une pure découverte, la journée était coupé en deux, la matinée pour les plus jeunes, avec une session physique de 2 heures, une pause de 25 minutes, ensuite 2 heures d'entraînement sur terrain, suivi d'une heure de match libres, ensuite même chose pour les cadets-junior l'après-midi. J'aidais aux entraînements des jeunes le matin, et ensuite je m'entraînais l'après-midi. Les techniques d'entraînements de Peter Dale étaient super, les séances de physique était intense tout comme les séances sur terrain, on sentaient "l'American Touch" . Les cadets-junior participant au stage, était pour la plupart déjà aller s'entraîner aux USA avec Peter Dale, et jouaient en équipe GB U18.

Le soir, une Réunion de formation d'entraîneur eu lieu, plus de 10 entraîneurs avait fait le déplacement, pendant 2 heures, Peter Dale nous exposa sa philosophie d'entraîneur, avec plus de 20 ans d'expérience derrière lui, autant dire que la séance était passionnante, moi même entraîneur de jeunesses en France, j'ai retranscrit beaucoup de ce qu'il a dit et fait dans mes entraînements.

Que s'est il passé le deuxième jour ?

Young Guns USA ClinicAG : Deuxième jour sous la même configuration que le premier, pour la séance Cadets-Junior, tout l'entraînement était une petite compétition, le groupe coupé en deux, une Team GB power, et une autre Team France.

Le soir, la session de clôture était un entraînement "élite", 25 joueurs s'étaient rassemblés, la moitié des joueurs présent était internationaux, ou joueurs chez les Norton Cyclones, une session incroyable, les joueurs Élite Anglais sont aussi doué que nos Français.

Existe t il des différences entre les stages que tu as déjà connus ?

AG : Ayant participé pendant des années au stage d'été de Yohann Labreux à Rouen ou à la Roche sur yon avec Yannick Goicoechea, j'ai définitivement pu voir de nombreuses différences entre les stage Français et étrangers, en France, généralement on s'entraîne pendant 1 ou 2 semaines, les premiers jours sont toujours très durs, il faut s'accorder un temps pour rentrer dans le rythme, il faut savoir rester en forme sur toute la durée du stage, et on a pas mal de temps libre pour apprendre a connaître les autres joueurs et se détendre, quant à celui de Peter, il ne durait que 2 jours, pas de temps d'adaptation, il faut arriver en forme et il faut tout donner 

Quid de ton futur ?

AG : En tout cas, ce stage a été l'une des meilleurs expériences de Roller hockey que j'ai eu, depuis, je suis retournée en Angleterre m'entraîner une semaine avec Rob Schelton et  j'ai énormément appris. Cette expérience m'a tellement plu, que j'ai pris la décision de partir l'année prochaine à Chicago pour un an, jouer au roller hockey et finir mes études là-bas, Peter Dale habitant tout près, il m'a encouragé et aidé pour tout organiser ! J'ai hâte d'y être !

Cet été je retournerais m'entraîner a Rouen car c'est un super stage, juste après, départ pour Chicago, entraînement pendant 1 semaine chez Peter Dale, a la "Hockey Farm" une ferme qu'il a complètement retapé pour être un centre d'entraînement de hockey, grange avec sport-court, grenier salle de muscu, bref, Américan style !

 
 
 
 
ce site a été créé sur www.quomodo.com